Actualités

Les enfants nés d’une FIV auraient plus de risques d’hypertension artérielle (HTA)

FIV risques hypertension artérielle adolescents

Il y a quarante ans, le premier bébé-éprouvette naissait, ouvrant de nouvelles perspectives aux parents n’arrivant pas à concevoir un enfant naturellement. Aujourd’hui, plus d’un demi-million de bébés viennent au monde chaque année grâce à une Fécondation In Vitro (FIV). Cet acte médical ne semble cependant pas exempt d’effets secondaires. Une étude suisse a récemment démontré que les adolescents nés d’une FIV présenteraient un plus grand risque d’hypertension artérielle (HTA).

Hypertension de l’ado et FIV : un lien confirmé par une étude

Début septembre, une étude suisse publiée sur le journal of the american college of cardiology a révélé que les enfants nés grâce aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA) sont six fois plus susceptibles de développer une hypertension artérielle que ceux conçus naturellement.

Il y a 6 ans, une équipe suisse faisait déjà état du risque accru pour cette population de connaître des troubles cardiovasculaires. L’étude publiée cette année va plus loin et tend à prouver que les bébés issus d’une FIV ont des artères qui vieillissent plus précocement, entraînant une augmentation de la pression sanguine.

Pour aboutir à cette conclusion, le système circulatoire de 54 adolescents en bonne santé, âgés en moyenne de 16 ans et conçus à l’aide de techniques de procréation assistée, a été évalué. Les résultats obtenus ont été mis en parallèle avec ceux d’un groupe témoin, constitué d’adolescents issus d’une conception naturelle.

Le groupe de jeunes nés par PMA présentait en moyenne une tension artérielle légèrement plus haute que ceux du groupe témoin : 119/71 mmHg contre 115/69. Si ces chiffres ne sont pas alarmants, la suite de l’étude est plus préoccupante. Huit des adolescents nés suite à des techniques de procréation assistée affichaient une tension supérieure à 130/80 mmHg, un chiffre trop élevé pour leur âge. Un seul participant du groupe témoin a obtenu un résultat similaire.

L’hypertension artérielle chez l’enfant et l’adolescent

Chez les enfants, l’hypertension artérielle résulte généralement d’un dysfonctionnement rénal, hormonal ou cardiovasculaire. Dans le cas de l’hypertension en lien avec une fécondation in vitro, on constate une rigidification des vaisseaux sanguins. Ces derniers n’étant pas aussi élastiques qu’ils le devraient ont du mal à s’adapter au flux sanguin, ce qui fait augmenter la pression artérielle.

Ce phénomène est susceptible de provoquer à long terme des troubles cardiovasculaires tels qu’une insuffisance cardiaque, une arythmie, un accroissement du risque d’AVC, etc..

En dehors d’un examen médical approfondi, l’hypertension artérielle est parfois difficile à déceler, car elle se manifeste par des symptômes non spécifiques :

  • fatigue;
  • maux de tête matinaux;
  • vertiges;
  • mouches dans les yeux;
  • bourdonnements d’oreilles;
  • palpitations;
  • sensation d’oppression.

Comment s’en prémunir ?

Bien que l’études en question tend à montrer que les enfants conçus par FIV sont plus susceptibles de développer une hypertension artérielle que ceux nés naturellement, il est évident que le fait d’avoir eu un enfant par FIV n’implique pas obligatoirement le développement futur d’une hypertension artérielle. Ce phénomène ne concerne qu’une fraction non majoritaire d’enfants conçus de cette manière. Cependant, si vous suspectez ce type de trouble chez votre adolescent, n’hésitez pas à consulter un médecin, lui seul pourra poser un diagnostic et mettre en place les mesures médicales nécessaires. En fonction de la gravité de l’HTA, ces mesures se traduisent par un simple régime alimentaire ou par la prise d’un traitement médicamenteux.

Quoi qu’il en soit, pour que votre enfant soit en bonne santé, et ce, quelle que soit sa tension, il est important d’avoir recours à une alimentation saine et équilibrée. Le premier réflexe à adopter étant la réduction de la consommation de sel. En effet, il s’agit de l’un des principaux facteurs nutritionnels à l’origine de l’élévation de la pression sanguine. Un apport raisonné se situe entre 2 et 3 g par jour.

D’autre part, il convient d’éliminer également les mauvaises graisses, car elles peuvent être responsables d’une prise de poids aux conséquences néfastes sur la santé.

En cas de doute, consultez votre médecin et veillez à maintenir un bon équilibre nutritionnel dans votre foyer.

Related posts

33 textes originaux pour votre faire part de naissance

Maman&Co

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation et vous proposer des annonces publicitaires adéquats. En poursuivant votre navigation sur le site, vous admettez être en accord avec ces conditions. Accepter En savoir plus